logo

Sadhûs, une société d’hommes libres

Les sâdhus considérés par certains comme « Holy Man » sont des renonçants, ils coupent tout lien avec leur famille, ne possèdent rien ou peu de choses, s’habillant d’un longhi, d’une tunique, de couleur safran pour les shivaïtes, jaune ou blanche pour les vishnouites, symbolisant la sainteté et parfois de quelques colliers. ils n’ont pas de toit et passent leur vie à se déplacer sur les routes de l’Inde et du Népal, se nourrissant des dons des dévots.

Passionné par leurs mode de vie, je les aient rencontré à plusieurs reprises pour les photographier et mieux les comprendre. Avec l’auteur Eric Sablé, nous avons publié le livre « Sadhus, une société d’Hommes libres » aux éditions Almora

  • preloading
  • preloading
  • preloading
  • preloading
  • preloading
  • preloading
  • preloading
  • preloading
  • preloading
  • preloading
  • preloading
  • preloading
  • preloading
  • preloading
  • preloading
  • preloading
  • preloading
  • preloading
  • preloading
  • preloading
  • preloading

Certains sadhus apprennent le contrôle du souffle, yoga unifiant le corps et l’âme, pratiquent l’abstinence sexuelle, le vœu de silence, la méditation ou les mortifications que Bouddha considérera comme fallacieuses pour définir sa voie moyenne. La pratique des sidis est censée augmenter leur énergie spirituelle leur permettant d’atteindre un statut de presque-dieu. L’énergie sexuelle étant une source majeure de cette énergie spirituelle, l’abstinence permet donc de l’augmenter.

À côté du désir de recherche spirituelle, les raisons originelles qui poussent à choisir la vie de sâdhu peuvent être très diverses : fuir sa caste, car les saints hommes ne les reconnaissent pas, échapper à une situation familiale pénible, à une situation économique calamiteuse, mais aussi pour une femme à l’infamie du veuvage, ce qui fait qu’il existe, bien qu’en nombre bien moindre (10 % de la population sâdhu), des sâdhu femmes ou sâdhvi (साध्वी sādhvī). C’est la raison pour laquelle, on rencontre peu de sâdhvi d’un jeune âge, contrairement aux chela masculins, les élèves des sâdhus peuvent êtres de tout jeunes garçons. La croyance veut que les sâdhu obtiennent certains pouvoirs (siddhis) comme la lévitation, l’invisibilité, la capacité de grandir et vivre sans manger se nourrissant d’énergie et de marcher sur l’eau.

Pour commander le livre « Sadhus, une société d’Hommes libres » aux éditions Almora, cliqué ici : www.gaia-images.com/produit/les-sadhus/

  • Share